p1aufbcsnngl31kov1k201m4qjsf7
Écrit et réalisé par KENNETH LONERGAN – États-Unis, 2016

Avec CASEY AFFLECK, MICHELLE WILLIAMS, KYLE CHANDLER, LUCAS HEDGES…

Durée : 2 h 17 min

SYNOPSIS : Après le décès soudain de son grand-frère, Lee Chandler doit retourner dans sa ville natale pour s’occuper de son neveu, Patrick. Il devient son tuteur légal et se retrouve confronté à un passé tragique.  

LA FICHE TECHNIQUE IMDb

« UN FILM RARE ET PUISSANT » 

Avec le cinéma d’Hollywood, on a pris l’habitude de croiser une multitude de superhéros insipides et ronflants. Cette réalité accablante ne peut que faire valoir la pensée artistique des films indépendants. Un cinéma intimiste devenu rarissime, quasi atone, alors qu’ils donnent à réfléchir, à voir le monde autrement. Manchester by the Sea est un illustre exemple de sensibilités et d’émotions à fleur de peau comme le cinéma américain n’en avait plus accouché depuis longtemps. Je suis sorti du film bouleversé.

manchester-by-the-sea_image-1

Kenneth Lonergan est connu pour son travail de scénariste sur Gangs of New York ou Margaret. Mais il est un cinéaste intimiste qui cherche avant tout à mettre en valeur le récit et à tirer profit des émotions qu’il dégage. Sa mise en scène est donc très classique, souvent minimaliste dans le choix du cadre et des mouvements de caméra. Celle-ci paraît d’ailleurs étrangement un peu lourde avec des prises de vue souvent très basses, à la hauteur des comédiens. Il n’y a jamais d’envolés lyriques, où la caméra se promène le long des paysages. Même en mer, sur le bateau de pêche, elle ne prend pas le large. Elle reste connectée avec le corps  et l’esprit sans ne jamais être intrusive ou oppressante dans le jeu des acteurs. D’une manière plus générale, le film évite avec brio les facilités du genre. Son ambition lyrique se trouve dans le cosmos de la ville où Lee a grandi et dont il s’éloigne autant que possible, rongé par un cruel passé. Des émotions déchirantes naissent alors de sa volonté de se reconstruire.

Si l’exposition du film est un peu longue, la suite de la narration est construite sur une succession de flashbacks très bien orchestrée. En cela, le film est un exemple du principe qui consiste à effectuer un retour en arrière dans le récit, car si il apparaît au début du film comme un élément narratif conformiste, il devient peu à peu un tour de force indéniable. À tel point qu’il n’y a pas eu besoin d’effets de styles dans les transitions. Elles se font naturellement tout en privilégiant le sens de l’histoire.

manchester-by-the-sea_image-4

Cela faisait un certain temps qu’un film ne m’avait pas ému profondément. Manchester by the Sea fait partie de ces films dont on ne sort pas indemne. Il marque dans l’esprit et le cœur en valorisant l’histoire et le propos. Il nous rappelle que le cinéma est beau lorsqu’il regarde la réalité et que l’auteur a le courage de défendre coûte que coûte une intégrité artistique. Kenneth Lonergan signe là un chef d’œuvre d’écriture et d’émotions. Il parle de la famille, de la mort, de la culpabilité, de la séduction, du rôle et de la responsabilité des parents, de l’adolescence, de la solitude, de la sexualité et de tant d’autres choses essentielles. D’ailleurs, le film soulève tant de questions et aborde tant de thèmes qu’il y a, dans le seul récit, plusieurs sujets de films intéressants. Par exemple, la difficulté qu’éprouve Lee a communiquer, à retrouver sa joie de vivre aurait pu être un sujet d’écriture à part entière.

manchester-by-the-sea-20163623

Lonergan cherche à nourrir l’histoire par les émotions. De nombreuses scènes et séquences sont d’une amplitude et d’une sensibilité rare. Casey Affleck est incroyable dans son interprétation d’un homme déchiré par un accident tragique. Il joue tout en retenue et ce n’est pas une facilité que d’intérioriser, c’est un choix d’humilité. Il en devient un personnage impassible mais plein de dignité. Le contraste est d’autant plus saisissant avec l’expressivité de son ex-femme qu’incarne à la perfection Michelle Williams. Lee Chandler, cet américain de classe moyenne, amorphe et anéanti par la vie, est sans doute le meilleur rôle qu’il lui ait été donné à jouer.  

Manchester by the Sea est un gros coup de coeur. Je suis très attaché au récit humain et psychologique. Il repose sur un principe de réalité qui me fascine. Etrangemment, je ressens un plaisir à apprécier des récits dramatiques qui invitent à réfléchir et à souffrir en même temps. R.P

REJOIGNEZ-MOI SUR FACEBOOK

Publicités

4 réflexions sur “MANCHESTER BY THE SEA

  1. Je souscris totalement à ton propos. Ce film m’a profondément touché. C’est tellement bien joué, mis en scène, un réalisateur à suivre de près. Merci pour ce bel article. Joyeuses fêtes à toi 🙂 😉

    Aimé par 1 personne

Donner votre avis...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s