ryan-gosling-la-la-land-poster-05

Écrit et réalisé par DAMIEN CHAZELLE – États-Unis, 2017 

Avec RYAN GOSLING, EMMA STONE…

Durée : 2 h 08 min 

SYNOPSIS : Mia, une aspirante actrice, et Sebastian, un pianiste de jazz, tombent amoureux tout en poursuivant leurs rêves de célébrité au coeur de Los Angeles.   

LA FICHE TECHNIQUE IMDb

« POUR L’AMOUR D’HOLLYWOOD »

Après l’incroyable Whiplash, dont je suis tombé éperdument amoureux, Damien chazelle s’est imposé comme un réalisateur de premier plan. Avec La La Land, drame romantique et musical, il signe un hommage éblouissant et stylisé à la comédie musicale hollywoodienne. 

featured-la-la-land-ryan-gosling-emma-stone

Dans un club à Los Angeles, Mia (Emma Stone) semble transportée par un morceau que joue Sebastian (Ryan Gosling) au piano. Elle va pour le complimenter mais se fait rembarrer. Le destin s’acharne et veut qu’une nouvelle soirée musicale les fasse se croiser à nouveau. Il joue du piano, elle est actrice, ils s’aiment.
Au delà du contexte romantique, le film explore la rencontre entre l’amour et l’art avec une volonté d’ascension vers le succès. Mais sont-ils tous les deux conciliables? Lorsque Sebastian annonce à Mia qu’il doit partir en tournée, elle met un terme à leur relation. Si d’apparence, l’histoire est un peu simple, Damien Chazelle a vraiment quelquechose à dire et je l’admire beaucoup car il trouve toujours un moyen original de le faire.   

En cinéphile érudit, il avait déjà exploré le genre musical, en 2009, avec Guy and Madeline on a Park Bench, son film de fin d’étude sur un musicien de jazz à Boston. Il affirme avoir une prédilection pour les films musicaux. Un genre qui est aujourd’hui assez mal exploité et dont je ne suis habituellement pas très friand. En mêlant le chant et la danse à la comédie, surgit momentanément une situation déconnectée de la réalité qui donne l’impression de perdre le fil de l’histoire. Mais La La Land gère assez bien cette difficulté car la dramaturgie tient sa force du réalisme des émotions. Cela est dû en partie au couple d’acteurs, Emma Stone et Ryan Gosling, qui livre une performance exaltante, avec beaucoup d’humour, et où l’on sent chez eux un plaisir à jouer qu’ils transmettent avec amour et générosité. Ils me rappellent le couple volcanique que formaient Liza Minnelli et Robert De Niro dans New York, New York de Martin Scorsese. Si le traitement y était beaucoup plus riche, il s’agit à peu de choses près de la même histoire. C’est un film auquel je suis profondément attaché et où, là aussi, la ville est restituée comme un véritable personnage de cinéma.

mv5bmji5njq0nzk4mv5bml5banbnxkftztgwoda3nzu3ote-_v1_sy1000_cr0015861000_al_

La La Land est une superproduction musicale comme on n’en avait plus fait depuis longtemps. Le film est d’ailleurs implicitement annoncé, dans l’enthousiasme général, comme le grand gagnant des Oscars, avec un record historique de 14 nominations. La réalisation est, il est vrai, maîtrisée de la première à la dernière image. Dès son ouverture, un plan séquence, c’est à dire un plan long incluant l’intégralité de la scène, filme des conducteurs coincés dans un immense bouchon d’autoroute. Au rythme des autoradios, ils se mettent à chanter et à danser sur la route, virevoltant au milieu des voitures. On apprendra finalement que cette scène remarquable a été tourné en trois plans et non en un plan unique comme on nous en laisse l’impression dans le montage final. Il faut néanmoins beaucoup d’audace et une originalité extraordinaire pour concevoir une telle chorégraphie.

mv5bnjmzndq1oti2ml5bml5banbnxkftztgwnzm2mzc2mdi-_v1_sy1000_cr0015051000_al_
Dans son précédent film, Whiplash
j’avais découvert un jeune cinéaste fascinant de part son travail sur le rythme et son désir infini de défendre la musique jazz. Son énergie et sa créativité sont très communicatives. Il cerne l’humain, et son irrépressible propension à aller au bout de ses forces et de ses désirs. Le protagoniste, Andrew Neiman, rêve de devenir un grand batteur de jazz. Dans La La Land, le couple Mia et Sebastian tente sa chance et veut lui aussi réussir coûte que coûte. Cette détermination, très caractéristique des personnages de Damien Chazelle, les rend admirablement attachants et sensibles.
Avec La La Land, Damien Chazelle parvient à nous procurer du bonheur en utilisant la couleur vive, les costumes et les codes expressionnistes du cinéma d’autrefois. Il ramène le spectateur à l’âge d’or Hollywoodien. – R.P

REJOIGNEZ-MOI SUR FACEBOOK

Publicités

6 réflexions sur “LA LA LAND

    • Bonjour, j’ai eu ce même commentaire sur la page Facebook d’Un Film À La Une. Et c’est juste. « La La Land » n’est pas un film extraordinaire mais il rencontre un large succès et il me semble important de comprendre pourquoi. Je crois que ce qui pêche dans « La La Land », c’est de ne pas avoir traité son sujet en profondeur car il pose pourtant une question intéressante : l’amour et l’art sont-ils conciliables ? « New York, New York » de Scorsese cherchait déjà à y répondre et le film est une merveille. Son traitement est beaucoup plus riche. Je crois que la comédie musicale doit avant toute chose procurer du bonheur et cela se manifeste par une simplicité des émotions. Pour cela, « La La Land » est très réussi. Et puis Damien Chazelle est un excellent scénariste. Avec « Whiplash », il prouve qu’il peut faire un film d’un tout autre genre. Je regrette d’ailleurs que son acteur principal n’ait pas interprété le rôle de Sebastian (Ryan Gosling) comme se devait être le cas. Cet acteur est incroyable et il ne fait principalement que des films à divertissement.

      J'aime

Donner votre avis...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s